L'époque intermédiaire (fin 18ème, première moitié du 19ème)

Pendant toute la période révolutionnaire et même, à un degré moindre, sous l’Empire, en France, la production des images pieuses a été mise en sommeil même si les graveurs et éditeurs provinciaux et ceux regroupés à Paris, qui ont quité la rue Montorgueil pour le quartier de la rue St Jacques, ont continué d’exercer leur métier dans les autres domaines. 

 La Charte (constitution) de Louis XVIII, en 1814, fait de la religion catholique, apostolique et romaine la religion de l'Etat puis celle de Louis-Philippe, en 1830, la religion professée par la majorité des Français.  L’union du trône et de l’autel pour la reconquête religieuse du « peuple » va jouer ici un rôle prépondérant dans le développement de l’imagerie populaire.  Pendant toute cette période, le soutien des autorités religieuses sera sans faille bien que, ici ou là, quelques réticences d’ordre doctrinal de ces autorités ou au moins de certaines d’entre elles, se fassent jour.

Mais la machine est bien lancée et, réticences de certaines autorités religieuses ou pas, elle continuera sa progression fulgurante. De nombreux éditeurs (on ne parle plus maintenant des graveurs mais des éditeurs, signe du passage du monde de l’art à celui du commerce), existent ou se créent. On peut citer , si l’on se réfère aux images présentes dans notre collection, des maisons comme : Basset, Pillot, Pintard, Le Doyen, Jean, Hocquard, Bance, Derbois, Langlumé, Turgis, Dopter, Letaille, Bès et Dubreuil, Pastre… à Paris, Pellerin à Epinal, Bernasconi à Lyon…

 Les éditeurs parisiens commencent à vraiment dominer sans partage le monde de l'image pieuse . On note cependant encore une production relativement importante à Prague, les images praguoise sont de qualité avec quelques éditeurs de bon niveau. Il en est de même des éditeurs bavarois qui continuent la tradition allemande. Par ailleurs on note les débuts de l'édition d'images en Suisse notamment par une famille qui va exercer une activité très importante jusqu'au milieu du 20ème siècle : les Benziger.

Voici quelques exemples d'images de cette époque.

Save0034
Save0049
Save0088

éditeur: Le Doyen Paris

éditeur: Pintard Paris. La maison Pintard sera reprise ensuite en 1839 par Charles Letaille (fils du premier mari de Mme Pintard) , un des plus grands éditeurs de la période qui suivra

Editeur: Maison Basset Paris. La maison Basset sera reprise vers 1860 par le plus célèbre éditeurs parisien d'images pieuses de tous les temps : Bouasse-Lebel

Save0084
Save0079
Save0072

editeur Chéreau, Paris, fin 18ème

éditeur Pillot,  Paris, gravure sur bois fin 18ème

éditeur Dopter, taille douce avec encadrement litho, vers 1830

Save0076
Save0065
Save0047 1

éditeur Pintard, Paris, gravure sur papier vergé  rehaussée de couleurs à la main (vers 1810-1820)

éditeur, Vve Turgis, taille douce entourée de litho (vers 1850)

éditeur Hocquart, image coloriée au pochoir

Save0115
Save0097
Save0157

éditeur Ch Letaille, (vers 1840) admirer la finesse de la gravure taille douce, Charles Letaille était vraiment le maître en cette matière

editeur Pellerin Epinal

Editeur Maison Bouasse Lebel. Une des première images éditée par la Vve Bouasse, aquarellée (vers 1845)

Save0054
Save0052
Save0131

editeur Driendl, Munich, litho rehaussée au pochoir

éditeur Lhotzky, Prague

editeur Hindeman Lucerne, sans doute une des première images pieuses lithographiées

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site